Loading Events
Boris Blankoff, Paris, 1916Boris Blankoff in a hospital

Boris Osipovich Blankoff était un chirurgien réputé, président de la La Société belge de chirurgie orthopédique , et avant cela, pendant la Première Guerre mondiale, un volontaire du Corps expéditionnaire russe, qui a combattu sur les champs de bataille de Champagne

Il était surnommé « le dernier médecin à la Tchekhov », car il soignait – sans compensation – à la fois ses compatriotes et les résistants belges – soldats et officiers soviétiques qui s’étaient échappés des camps de concentration nazis.

En 1945, B. Blankoff a été l’un des fondateurs de l’Union des patriotes russes, la plus grande organisation de nos compatriotes en Belgique.

Son fils Jean Borisovich Blankoff se qualifiait lui-même en plaisantant de « traître« , car il n’est pas devenu médecin ou ingénieur des mines, comme beaucoup dans sa famille, mais, passionné par la langue russe, il a consacré toute sa vie à l’étude et à la promotion de la culture, de l’histoire et de la littérature russes.

Grâce à lui, qui a longtemps participé à l’expédition archéologique de Novgorod en Russie, le monde a découvert les lettres en écorce de bouleau et la haute culture du Moyen Âge russe. Mais Jean Borisovitch considérait que son œuvre principale était la traduction en français de la chanson de geste du vieux russe – le célèbre Conte de la campagne d’Igor (XIIe siècle), à laquelle il a consacré dix ans de sa vie.

Il y a également eu des études sur les œuvres de Chingiz Aitmatov, des auteurs géorgiens – avec sa femme Goldie, et bien d’autres choses encore…..

Boris Blankoff, Paris, 1916Boris Blankoff in a hospital

Avec la fille du chercheur Mme Raissa Blankoff et des amis de Jean Borisovitch, nous parlerons de ces personnes remarquables et d’autres membres de leur famille lors de notre soirée du 15 février à 19h00.

Aller en haut